• Jusqu’à ce que l’amour nous sépare

    Traduction par Literary Queens

    Après avoir passé un an en enfer, je devrais peut-être modifier le dicton « l’enfer, c’est les autres » en « l’enfer, c’est la famille des autres ». Plus spécifiquement, la famille de mon cher démon de mari, alias ma belle-famille infernale. Plus spécifiquement encore, Lucifer, mon grand-père par alliance.

    Personne ne sera surpris d’apprendre que Lucifer est un enfoiré de première, méchant, haineux et malfaisant. Et pour des raisons indépendantes de ma volonté, je suis liée à lui par un vœu de silence concernant un petit secret bien juteux qu’il dissimule à Azazel, mon époux démoniaque bien-aimé. Ce qui fait que je me retrouve entre le marteau et l’enclume, et par ça, je n’entends pas entre le mur et le torse magnifiquement musclé d’Azazel. Non, ça, ça ne me dérangerait pas.

    Je crains à garder les secrets, tout le monde le sait. Et vu l’absence notoire de filtre entre mon cerveau et ma bouche, personne n’est plus impressionné que moi par le fait que je n’ai pas encore vendu la mèche à Azazel. À mon avis, cela ne tient qu’à ma trouille bleue de ce que Lucifer me ferait si je venais à rompre mon serment. Mais j’ai du mal à tenir le coup. Il suffirait qu’une crise court-circuite mon cerveau pour que je craque et me mette à jacasser comme une pie.

    Heureusement pour moi, ma vie est chiante à mourir et il ne se passe jamais rien en enfer qui pourrait me pousser à bout.

    Oh, attendez…

    ***

    Note de l’auteure : Jusqu’à ce que l’amour nous sépare est le deuxième volet de la trilogie du Pacte démoniaque. Ce livre se termine par un cliffhanger, pour lequel l’auteure est vraiment désolée.* Le livre 3 sera probablement publié à la fin de l’été 2024. Les plaintes concernant le cliffhanger n’inciteront pas l’auteure à écrire plus vite, mais la vitesse de production pourrait être augmentée en lui envoyant de grandes quantités de café.**

    *pas vraiment

    **ou d’aimables messages de soutien

    Share to...